Le XV septembre. La Fête des Sept Douleurs de la Bienheureuse Vierge Marie.

(Extrait de L’année liturgique de Dom Prosper Guéranger)

O vous tous qui passez par le chemin, regardez et voyez s’il est douleur pareille à ma douleur (1) ! Est-ce donc le premier cri de la douce enfant dont la venue a causé joie si pure à la terre ; et fallait-il arborer si tôt le drapeau de la souffrance sur le berceau où repose tant d’innocence et d’amour ? Le cœur de l’Eglise pourtant ne l’a pas trompée ; cette fête, à cette date, est toujours la réponse à la question de l’humanité dans l’attente : Que sera cette enfant ?

Raison d’être de Marie, le Sauveur à venir doit en être en tout l’exemplaire. C’est à titre de Mère que fut annoncée, qu’est apparue la Vierge bénie, et dès lors à titre de Mère de douleurs, parce que le Dieu dont la naissance prochaine est le motif de sa propre naissance sera en ce monde l’homme des douleurs et de l’infirmité (2). A qui vous comparer ? chante le prophète des lamentations : ô Vierge, votre affliction est comme l’océan (3). Sur la montagne du Sacrifice, comme mère elle donna son fils, comme épouse elle s’offrit avec lui ; par ses souffrances d’épouse et de mère, elle fut la corédemptrice du genre humain. Une première fête des Douleurs de Marie, préludant aux récits de la grande Semaine, a gravé dans nos âmes cet enseignement et ces souvenirs.

Le Christ ne meurt plus (4) ; pour Notre-Dame, de même, a cessé la souffrance. Néanmoins la passion du Christ se poursuit dans ses élus, dans son Eglise contre laquelle, à son défaut, se rue l’enfer. A cette passion du corps mystique dont elle est aussi mère, la compassion mystérieuse de Marie reste acquise ; que de fois ne l’ont pas attesté les larmes coulant des yeux de ses images les plus vénérées ! Là encore, là surtout, est aujourd’hui l’explication de cette reprise inaccoutumée par la Liturgie sainte d’une fête célébrée déjà dans une autre saison sous un titre identique.

Le lecteur qui compulse le recueil des ordonnances du Siège apostolique sur les Rites sacrés, s’étonne d’y rencontrer après le 20 mars 1809 une interruption prolongée ; lacune insolite, ne prenant fin que le 18 septembre 1814 par le décret qui institue au présent Dimanche une nouvelle commémoration des Douleurs de la Bienheureuse Vierge (5). 1809-1814 : lustre fatal, où le gouvernement de la chrétienté demeura suspendu ; années de sang, qui revirent l’agonie de l’Homme-Dieu dans son Vicaire captif. Toujours debout près de la Croix cependant, la Mère des douleurs offrait à Dieu les souffrances de l’Eglise ; à la suite de l’épreuve, n’ignorant pas d’où lui venait la miséricorde reconquise, Pie VII dédiait ce jour à Marie comme mémorial nouveau de la journée du Calvaire.

Dès le XVII° siècle, les Servîtes étaient par privilège en possession de cette seconde fête, qu’ils célèbrent sous le rit Double de première classe avec Vigile et Octave. C’est d’eux que l’Eglise voulut en emprunter l’Office et la Messe. Honneur et privilège bien dus à cet Ordre, établi par Notre-Dame sur le culte de ses souffrances, et qui s’en était fait l’apôtre. Héritier des sept bienheureux fondateurs, Philippe Benizi propagea la flamme allumée par eux sur les hauteurs du mont Senario ; grâce au zèle de ses successeurs et fils, la dévotion des sept Douleurs de la Bienheureuse Vierge Marie, jadis pour eux patrimoine de famille, est aujourd’hui le trésor de la terre entière.

La prophétie du vieillard Siméon, la fuite en Egypte, la perte de l’Enfant divin dans Jérusalem, le portement de Croix, le crucifiement, la descente de Croix, la sépulture de Jésus : septuple mystère, autour duquel Notre-Dame aime à voir grouper les aspects quasi infinis des souffrances qui firent d’elle la Reine des Martyrs, la première rose et la plus belle du champ de Dieu. Ayons à cœur la recommandation du livre de Tobie, dont l’Eglise fait lecture cette semaine en l’Office du Temps : Honorez votre Mère, et n’oubliez jamais les douleurs qu’elle a endurées pour vous donner la vie (6).


 

Notes :

1.Thren. I, 12.

2. Isai. LIII.

3 Thren. II, 13.

4. Rom. VI, 9.

5. Gardellini, Decreta authentica Congr. Sacr. Rit.

6. Tob. IV, 3-4.

Copyright © 2016 - 2021 Centro Librario Sodalitium