R. P. Noël Barbara, in memoriam

(Extrait de Sodalitium n°54)

Le 10 octobre, dans sa maison de la rue des Oiseaux, à Tours, fidèlement assisté de Sœur Marie-Bernadette et de la sœur de cette dernière, Myriam Malré, est décédé pieusement le R. P. Noël Barbara, qui à Noël aurait eu 92 ans. Nous aurons l’occasion de parler plus longuement – à une prochaine occasion – du Père Barbara, qui fut l’un des chefs de file de la “résistance” catholique à Vatican II et au néo-modernisme. Rappelons pour le moment sa proximité avec notre Institut, qui nous le rend cher comme ami et bienfaiteur insigne. Proximité avant tout doctrinale. Le Père Barbara en effet, après avoir été longtemps le point de référence des sédévacantistes absolus (appelés précisément dans ces années-là “barbaristes”) corrigea ensuite courageusement sa position en embrassant publiquement la Thèse de Cassiciacum sur le Siège formellement mais non matériellement vacant. Après avoir pris contact avec notre Institut dès sa naissance, il se rendit à Verrua quatre années de suite (de 1991 à 1994) pour donner aux prêtres et aux séminaristes les Exercices Spirituels. Durant de nombreuses années il fut le seul prêtre en France, avec l’abbé Delmasure et l’abbé Petit, à demander la collaboration de notre Institut, collaboration qui se concrétisa par la présence d’un de nos prêtres à Tours pendant 5 ans, jusqu’à octobre 2001 (l’abbé Cazalas de 1996 à 1999, l’abbé Giugni de 1999 à 2000, l’abbé Ercoli de 2000 à 2001). Le conseil du Père Barbara ne fut pas étranger à la fructueuse collaboration qui s’est instaurée par la suite avec le Père Vinson, étant lui aussi, comme le Père Barbara, un ancien Père de Chabeuil.
Rappelons également que, en mettant un terme aux publications de la glorieuse revue Forts dans la Foi, le Père Barbara invita tous ses lecteurs et abonnés à voir dans Sodalitium la continuation de son œuvre. Nombreuses sont les dettes de reconnaissance que notre Institut a accumulées envers le Père, et nombreuses sont les dettes de tous les catholiques à l’égard de celui qui, dès 1968, prit la défense de la Foi contre l’hérésie moderniste. Le Père Barbara a reçu les derniers sacrements des mains de l’abbé Guépin; le curé de Steffeshausen, l’abbé Schoonbroodt, a célébré ses funérailles le 14 octobre. L’abbé Murro et l’abbé Cazalas y assistaient, représentant ainsi tous les membres de l’Institut, tandis qu’à Verrua, le 12 du même mois, a été chantée une messe solennelle de Requiem.
Copyright © 2016 - 2018 Centro Librario Sodalitium