L’infaillibilité du Pape et la Canonisation des Saints

(extrait de Sodalitium n°53)

Par M. l’abbé Francesco Ricossa

À l’occasion de la « béatification » de Jean XXIII, la Fraternité Sacerdotale Saint Pie X s’est déclarée nettement opposée – et avec raison – à cette béatification. Cependant, tout le monde le sait, la Fraternité reconnaît l’autorité de Jean-Paul II. Et alors : comment un véritable Pape peut-il proclamer un faux bienheureux ?

La Fraternité répond que le Pape est infaillible dans les canonisations des Saints uniquement, pas dans les simples béatifications (la Fraternité oublie qu’il est pour le moins téméraire – et donc gravement péccamineux – de mettre en doute une béatification).

Mais voilà désormais imminente, non plus la béatification, mais la canonisation d’un personnage que la Fraternité Saint Pie X refuse (avec raison dans ce cas encore) de considérer comme saint : le « Bienheureux » Josémaria Escriva de Balaguer (sur l’abbé de Balaguer voir n° 42 de Sodalitium, p. 58).

Devant ce nouveau fait, la Fraternité met à jour sa position… (1).

La Fraternité Saint Pie X met en doute l’infaillibilité de la canonisation des saints

La DICI est l’agence de presse officielle de la Fraternité Saint Pie X. Après qu’en ait été éloigné son inventeur et créateur, l’abbé Paul Aulagnier, la DICI est devenue encore plus officielle, en ce sens que son adresse est maintenant celle de la Maison Généralice, la résidence de Mgr Fellay, à Menzingen. Or, dans le n° 50 du 22 mars 2002, on peut lire à propos du grand nombre de béatifications et canonisations opérées par Jean-Paul II :

« Comme le soulignent de nombreux commentateurs, il est fort à craindre que cette inflation soit peu heureuse pour les bienheureux, en ce sens qu’elle dévalorise et la béatification et les canonisations. Il pourra se poser un jour la question de l’engagement de l’infaillibilité pontificale dans ces dernières. Dans la perspective de la canonisation du Bx Escriva de Balaguer au mois de juin, la question risque de devenir actuelle ».

Comme peut le voir le lecteur, la DICI met en doute l’infaillibilité pontificale dans les canonisations des Saints. Le prétexte pour exprimer ce doute est le grand nombre de canonisations opérées par Jean-Paul II. Le véritable motif est le fait que va être canonisé Escriva que la Fraternité ne considère pas comme Saint : dans ce cas, le « Pape » se tromperait, et par conséquent ne serait pas infaillible dans la canonisation des Saints.

Mais posons-nous la question : est-il possible de mettre en doute l’infaillibilité du Pape dans les canonisations ?

Doctrine de l’Église sur la canonisation des Saints

Que nous dit l’Enciclopedia Cattolica à la rubrique « Infaillibilité » ?

Dans l’objet secondaire [de l’infaillibilité] sont regroupées ce que sous un terme générique on appelle ‘vérités connexes’ [à la Révélation]. (…) Les classes les plus considérées de ces vérités connexes sont celles des conclusions théologiques, des faits dogmatiques, de la canonisation, de la législation ecclésiastique. La connexion de la canonisation avec la Révélation apparaît du fait qu’elle est non seulement l’application concrète de deux articles de foi, celui sur le culte des saints, et l’autre sur la communion des saints, mais aussi qu’elle intéresse les mœurs religieuses chrétiennes elles-mêmes, le canonisé étant aussi proposé comme modèle de vertu parfaite.

À la rubrique « Canonisation », on peut lire :

C’est cependant la doctrine commune des théologiens que le Pape est vraiment infaillible dans la canonisation, puisqu’il s’agit d’un acte très important relatif à la vie morale de l’Église universelle, en ce sens que le saint n’est pas seulement proposé à la vénération parce qu’il jouit de la gloire céleste mais aussi en tant que modèle des vertus et de la sainteté réelle de l’Église. Or il serait intolérable que, dans cette déclaration qui implique toute l’Église, le Pape ne soit pas infaillible. Cette doctrine ressort d’un grand nombre de bulles de canonisation, même du Moyen-Age, des déductions des canonistes, depuis le Moyen-Age, des théologiens depuis saint Thomas d’Aquin (2). Benoît XIV (3) enseigne qu’il est certainement hérétique et téméraire de soutenir le contraire.

Nous pourrions ajouter citation sur citation ; mais ce qui vient d’être dit nous semble suffisant pour conclure qu’un catholique ne peut mettre en doute – comme le fait la Fraternité – l’infaillibilité du Pape dans les canonisations des Saints.

Un souhait et une crainte

Le souhait – sincère – est que le Supérieur Général de la Fraternité Saint Pie X démente officiellement sa propre agence de presse ; ce n’est pas trop demander puis-qu’on est allé jusqu’à destituer le fondateur même de la DICI, l’abbé Aulagnier, dont le rôle dans la Fraternité était bien plus important que celui de ses substituts.

La crainte est qu’au contraire on poursuive sur cette route, route de continuel éloignement de la doctrine de l’Église. Mettre en doute l’infaillibilité des canonisations est une nouveauté (1) dans la Fraternité. Mais il s’agit d’une nouveauté cohérente avec toute une série d’erreurs précédentes : la négation ou la dénaturation de l’infaillibilité du magistère ordinaire universel, de l’infaillibilité des lois ecclésiastiques, de l’infaillibilité des lois liturgiques… Le tout pour pouvoir refuser le Concile Vatican II, le nouveau code de droit canon et la réforme liturgique en reconnaisant en même temps l’autorité de Paul VI et de Jean-Paul II. De cette façon la Fraternité semble défendre, mieux que d’autres, l’autorité du Pape, en cohérence avec ses origines (Mgr Lefebvre, pendant le Concile, se battit contre la collégialité et les attaques menées par tant d’évêques contre la Curie Romaine et la Primauté de Pierre) ; en réalité, la Fraternité se voit contrainte par sa propre position contradictoire à élaborer une nouvelle doctrine qui grignote toujours plus le droit, l’autorité et les prérogatives du Souverain Pontife dans l’Église Catholique.


Notes
  1. C’est ce que nous pensions au moment d’écrire cet article pour l’édition italienne de Sodalitium. Le Sel de la Terre dans sa réponse à Sodalitium (n° 41, été 2002) nous apprend ou nous rappelle que c’était déjà la position de Mgr Lefebvre que de nier l’infaillibilité des canonisations opérées par Jean-Paul II. Dans ce cas Jean-Paul II ne serait pas infaillible ne voulant pas engager son infaillibilité. Cette volonté de ne pas engager l’infaillibilité n’est démontrée par aucune déclaration de Jean-Paul II . Elle est donc affirmée d’une façon tout à fait gratuite. Et si par ailleurs Jean-Paul II refusait d’engager son infaillibilité là où par nature et nécessairement le Pape doit l’engager cela ne serait qu’une preuve de plus qu’il a renoncé objectivement à procurer le bien commun de l’Église et qu’il met obstacle par conséquent à la réception de l’autorité. ↑ retourner en haut
  2. L’enseignement de saint Thomas se trouve dans le Quodlibetale IX, art. 16 (Utrum omnes sancti qui sunt per Ecclesiam canonizati sint in gloria, vel aliqui eorum in inferno) et il est admirablement commenté par Benoît XIV dans son De servorum Dei↑ retourner en haut
  3. Le Pape Benoît XIV représente l’autorité suprême en la matière à cause de son œuvre monumentale intitulée De servorum Dei beatificatione et beatorum canonizatione, écrite lorsqu’il était cardinal archevêque de Bologne. La question de l’infaillibilité de la canonisation est traitée dans le Livre I, aux chapitres 43 (De ecclesiastico judicio, quod interponitur in Sanctorum Canonizatione: utrum sint infallibile), 44 (In quo repelluntur opposta iis, quæ dicta sunt in Capite præcedenti), 45 (An sit de fide, Summum Pontificem errare non posse in Canonizatione Sanctorum; et an de fide sit, Canonizatum esse sanctum) [remarquons que pour une école théologique qui n’est pas la nôtre, de tout ce qui est enseigné infailliblement tout ne doit pas être cru de foi divine : certaines vérités seraient à croire seulement de foi ecclésiastique. Cela explique la division des chapitres faite par Benoît XIV, lequel se demande tout d’abord si le Pape est infaillible dans ses canonisations et ensuite s’il faut croire de foi ce qu’il a défini infailliblement]. Benoît XIV soutient l’opinion selon laquelle le Pape est infaillible dans la canonisation des Saints et que cela est objet de foi divine de telle façon que celui qui le nierait serait hérétique. Toutefois, par respect pour les autres écoles qui ont une opinion différente, il conclut (Livre I, chap. 45, n° 28) que ce sur quoi tout le monde s’accorde et qu’il faut tenir au minimum est ceci :

    quiconque oserait prétendre que le Pape s’est trompé dans telle ou telle canonisation, ou que tel ou tel Saint canonisé par le Pape ne doit pas être vénéré par un culte de dulie, celui-là, disons-nous, s’il n’est hérétique, [comme le pense notre auteur le Pape Benoît XIV] doit être considéré [comme l’admettent même ceux qui enseignent qu’il n’est pas de foi que le Pape soit infaillible dans la canonisation des Saints ou qu’il n’est pas de foi que tel ou tel autre canonisé est un Saint] comme un téméraire qui scandalise toute l’Église, outrage les Saints, favorise les hérétiques qui nient l’autorité de l’Église dans la canonisation des Saints, sent l’hérésie en ce qu’il donne aux incrédules occasion de se moquer des fidèles, soutient une proposition erronée et mérite les plus graves censures

    (le DTC à la rubrique canonisation fait sien ce jugement minimaliste). ↑ retourner en haut

Copyright © 2016 - 2017 Centro Librario Sodalitium